« Communautés globales », Nanterre, 6 décembre 2018

Par défaut

 JOURNÉE D’ÉTUDE / LES FABRIQUES DU GLOBAL : ACTEURS, RÉCITS, COMMUNAUTÉS TRANSNATIONALES

Date(s): le 6 décembre 2018, 9h-19h
Lieu(x): Bâtiment W (Max Weber) salle des séminaires 2
téléchargementSi la notion de communauté transnationale renvoie d’ordinaire à « des communautés composées d’individus ou de groupes établis au sein de différentes sociétés nationales, qui agissent à partir des intérêts et des références communes (territoriales, religieuses, linguistiques), et qui s’appuient sur des réseaux transnationaux pour renforcer leur solidarité par-delà les frontières nationales » (R. Kastoriano, 2000, 353), la référence au « global » (à un monde global, ou « globalisé ») renvoie à un constat, celui d’un monde devenu progressivement « post-national ». La « fabrique du global », par conséquent, est donc en premier lieu la fabrique du post-national.

Il s’agirait donc d’abord d’identifier les acteurs et les récits du « post-national ». Car si l’État-nation procède d’une construction (une fiction) historique et située (E. Balibar, I. Wallerstein, 1998, 130) qu’il convient de déconstruire, il convient, dans ce même élan (Lire la suite…)

Voir le programme

 

Publicités

WHAT’S NEXT?

Par défaut

perspectives3 ans de la CCC: bilan et perspectives : Lors du congrès COMMUNITAS, 14-16 nov 2018, s’est tenue une réunion « bilan et perspectives » de la CCC. L’objectif de devenir une plateforme internationale efficace pour rassembler informations et chercheurs sur les questions de Communauté(s) est rempli. L’objectif de répondre collectivement à des appels à projets afin de financer la recherche sur les thématiques du commun et de la communauté n’a pas encore porté ses fruits, malgré plusieurs projets déposés… 3 pistes pour l’avenir:

  • projet COSMOPOÉTIQUE: l’inventivité de la /des communauté(s)
  • association avec d’autres consortiums (plusieurs projets à l’étude)
  • monter une formation internationale, niveau Master ou doctorat, type summer school.                                   en savoir plus…

La communauté des lépreux— anthropologie des vies mineures (Fabienne Martin)

Par défaut

lepreux.pngPlacés devant l’incertitude de l’inconnu, accompagnés par la violence de l’exclusion et les douleurs du corps, les lépreux ont constamment opéré des choix. Ils ont exploré des possibles et en ont aussi créés. C’est là que réside leur particularité, à la fois en deçà et au-delà de la communauté qu’ils ont formée, dans ce qui précède et ce qui suit sa constitution : dans une certaine manière de construire du commun, dans une certaine manière d’être en commun.

Lire la suite…

« EN COMMUN » 3e édition du festival « L’histoire à venir », Toulouse 23-26 mai 2019

Par défaut

Qu’est-ce qui définit notre humanité commune ? L’air que nous respirons et l’eau que nous buvons sont-ils des biens communs ? A l’inverse, les déchets que nous produisons sont-ils des maux communs ? Quels sont les grands récits qui nous rassemblent ? Comment assurer une jouissance partagée de l’art ? La multiplication des communautés a-t-elle pour effet de consolider une société ou de la diviser ? Comment les démocraties peuvent-elles à la fois œuvrer pour le bien commun et défendre les intérêts particuliers ? Nos données personnelles sur Internet appartiennent-elles à quelqu’un, à personne ou à tout le monde ?

read more…

Quelques publications nouvelles

Par défaut

9782343135823r

Daniel Alvaro, Le problème de la communauté – Marx, Tönnies, Weber-, L’Harmattan, 2018

Gemeinschaft, ou selon la traduction consacrée par l’usage, « communauté », noyau théorique et fil conducteur de ce travail, est le nom d’un problème commun à toute une époque en Occident dont nous commençons à peine à entrevoir aujourd’hui les limites (…)

L’objectif de ce livre est d’analyser les théories sociologiques classiques sur la communauté, en particulier, celles qui ont le plus contribué à délimiter et à fixer le sens de ce que nous entendons actuellement par communauté et dont l’influence continue à être manifeste dans un grand nombre de discours actuels. (…)

Daniel Alvaro

 

Deux ouvrages par ailleurs qui, en tout ou partie, concernent les usages de la communauté: de Charles Reeve, Le socialisme sauvage, L’échappée, 2018; qui contient un chapitre sur les communs et leurs difficultés, et sous la direction, entre autres, de Benjamin Coriat, Vers une république des communs? Les Liens qui Libèrent, 2018.

P. Sereni

 

1er prix CCC ! – 2018 Florian Besson

Par défaut

 

Israel JerusalemVivre en communauté ou entre communautés?

—par Florian Besson

Lorsque la première croisade s’achève en 1099, les Francs ont dû se retrouver dans une position très embarrassante : contrairement à certaines attentes, la prise de Jérusalem n’avait pas entraîné la Parousie, le retour du Christ, et il fallait donc encore se battre, défendre les terres nouvellement conquises, et, surtout, régner, gouverner. Les Francs, très peu nombreux, ont donc dû gouverner un ensemble de territoires marqués par une grande diversité : diversité religieuse (catholiques, musulmans, mais aussi Grecs orthodoxes, juifs, et surtout chrétiens d’Orient avec toutes leurs différences), ethnique (Francs, Arabes, Kurdes, Turcs, Syriens, Arméniens) et sociale (des paysans aux nobles). Dès lors, pendant que les différents États latins se construisaient peu à peu, c’est la définition même de la communauté qui est devenue un enjeu. Qu’est-ce qui faisait communauté, comment construire cette communauté, comment l’administrer au jour le jour ?

Lire l’article intégral… 

Article initailement paru dans la revue QUESTES n°32 Faire communauté