Conférence: Le vaccin, « bien commun public mondial »? (15/10 Paris)

Par défaut

la prochaine session publique présentielle marquant la reprise des activités de l’université aura lieu le jeudi 15 octobre à 18h, sous réserve bien entendu de l’évolution de la situation sanitaire. Le lieu vous en sera précisé ultérieurement.

Après l’interruption imposée par les circonstances, il s’agira d’une rencontre exceptionnelle pour la présentation, en France, de l’initiative citoyenne internationale visant à faire reconnaître le futur et éventuel vaccin anti-covid comme « Bien commun public mondial ». Cette initiative, lancé par l’Agora des Habitants de la Terre et soutenue par notre Université, s’inscrit dans la campagne mondiale pour un système global, commun et public de la santé et de la sécurité de la vie, libre de brevets et hors marché.

A cette occasion, Riccardo Petrella, économiste, altermondialiste, cofondateur de l’Université du Bien Commun et initiateur de la campagne, présentera l’état d’avancement des propositions des institutions mondiales et des mobilisations citoyennes pour que le bénéfice pour tous du vaccin anti-covid, en tant que Bien Commun, soit concrètement extrait des lois du marché.

Parution: « Du singulier au collectif »

Par défaut

Paola Paissa et Roseyne Koren (dirs)

Les articles réunis dans ce volume explorent les interactions d’instances singulières et collectives dans un corpus de discours construisant une identité collective (celle d’un groupe, d’un mouvement, d’un parti, etc.). Refusant la vision dichotomique qui sépare les notions de singulier et de collectif, ainsi que les dimensions de l’individuel et du social, le volume souligne et analyse à dessein leur interdépendance foncière. L’observation des dispositifs énonciatifs et des enjeux argumentatifs de la construction des identités singulières et collectives porte sur des genres discursifs variés, du discours institutionnel, plutôt normé et prévisible, jusqu’à des genres moins contraignants issus de la société civile (chartes de mouvements associatifs, récits, guides touristiques, sketchs comiques, tracts, pétitions, correspondance privée, etc.). L’analyse mobilise et réinterroge ainsi plusieurs notions clés de la rhétorique, de l’argumentation et de l’analyse du discours, telles que l’ethos (individuel et collectif), l’auditoire réel ou imaginaire, le point de vue, le stéréotype, le genre et la mémoire discursive collective, la temporalité dans l’argumentation (références au « précédent » ou aux exemples historiques, mais aussi à une identité présente, éphémère et transitoire). Les articles révèlent enfin l’importance d’un couple notionnel inédit, formé par un « je initiateur », fondateur d’une collectivité encore inexistante, et par un « locuteur collectif », porte-parole d’une collectivité déjà existante. Du singulier au collectif explore donc quelques-uns des constituants fondamentaux de l’énonciation : la prise de parole individuelle du sujet ou l’intersubjectivité et la co-énonciation, la « sur » ou la « sous-énonciation », l’attribution et l’analyse d’un trait énonciatif spécifique, la responsabilité individuelle et/ou collective liant l’énonciation à l’action.

Vers le site de l’éditeur (ne vend pas d’exemplaire, à retrouver en librairie)  :

http://www.lambert-lucas.com/livre/du-singulier-au-collectif-constructions-discursives-de-lidentite-collective-dans-les-debats-publics/

Été: « existe-t-il une communauté Kite? »

Par défaut

« – Parce que chacun d’entre nous se trouve dans la situation de ne pas se suffire à lui-même, mais au contraire, de manquer de beaucoup de choses.

– Allons, dis-je, construisons en parole notre cité, en commençant par ses débuts et ce sont nos besoins, semble-t-il, qui en constitueront le fondement « .

En parlant du fondement d’une cité, Platon posait ainsi la question des modèles communautaires et de la justice, de ses limites, de ses exigences et de ses opportunités.

C’est autour de ces questions que le Projet MADONKITE souhaite engager la conversation avec les acteurs du monde du kitesurf (associations, territoires, écoles) et leurs partenaires (acteurs publics, environnementaux, sportifs, commerciaux, etc.). En effet, le projet souhaite mieux comprendre dans quelle mesure la pratique de ce sport plutôt individuel et relativement jeune (moins de 40 ans), permet d’agir de façon concrète et structurée, sur ses intérêts et sur son environnement, afin de donner la possibilité à ceux qui en reconnaissent le besoin, de se sentir, d’être et d’agir comme un groupe humain plus uni.

Plus d’infos sur www.madonkite.com/kite-dialogue.

Notes de lecture (Michaël Löwy)

Par défaut

Löwy, Michael. « Communauté », Archives de sciences sociales des religions, vol. 188, no. 4, 2019, pp. 185-191.

Le concept de communauté est sans doute un des plus importants dans les sciences sociales en général et la sociologie des religions en particulier. C’est surtout dans les sciences humaines en Europe centrale (de langue allemande), de la fin du xixe siècle jusqu’aux années 1930, qu’il a occupé une place notable, qui débordait largement le monde universitaire. Dans cette note, il sera question d’interprétations très diverses de la communauté et de son rapport à la religion, mais qui partagent la fascination pour ce concept polysémique et polémique. (Lire la suite sur Cairn ou sur ce site)

 

Et aussi : Où est passée la Communauté ? (pour Bruno Latour et la théorie de l’Acteur-Réseau)

à lire ici

“The Scattered Community of the Eclipsed”

Par défaut

“The Scattered Community of the Eclipsed” —Paradigms of Belonging in the Wake of the 2020 Pandemic

 

An online event to take place on

Wednesday 17 June 2020

Click here for video recording

This online roundtable discussion is organised by Birkbeck Research in Aesthetics of Kinship and Community, a research centre based at Birkbeck, University of London and established 11 years ago. The main aim of the centre is to analyse, promote and commission artistic works of representation of the human bond in all its configurations, across cultures and history.

read more…

Solitude et communauté dans le roman

Par défaut

Plusieurs articles issus d’une journée d’études sur les oeuvres du programme d’agrégation de Lettres (littérature comparée) 2020 sont à lire sur cette question.

Les oeuvres étudiées sont:

  • CARSON MCCULLERS, LE COEUR EST UN CHASSEUR SOLITAIRE,
  • MARGUERITE DURAS, LE VICE-CONSUL
  • CHRISTA WOLF, MÉDÉE

à retrouver sur le site de la SFLGC

Des « communes imaginées », connectées entre elles

Par défaut

suitedu MFace à l’effondrement en cours, la Suite du Monde acquiert puis libère des terres agricoles et biens immobiliers afin d’y développer des projets liés à l’habitat, la production agricole, l’énergie, l’organisation communaliste, l’événementiel, l’éducation, ou toute activité permettant davantage d’autonomie. Elle multiplie les activités de recherche, d’expérimentation et de conseil afin de rendre multipliables ces Communes Imaginées, connectées entre-elles.

Voir le site

social distancing : à combien de cercueils faut-il se tenir l’un de l’autre?

Par défaut

traduction d’un poème d’Alok V-Menon (mai 2020)

« une nouvelle unité de mesure »

je suis sorti de ma maison pour la première fois depuis des semaines

pour envoyer un colis.

à la poste, il y avait des bouts de scotch jaune au sol

pour marquer l’endroit où se tenir.

cette distance entre nous donnait l’impression d’être

occupée.

ce qui est devenu évident c’est que la nouvelle unité de mesure

n’est plus le mètre,

c’est le cercueil.

respectez au moins la distance d’un cercueil.

Entre vous.

(…Lire la suite)

Crisis and Communitas (website)

Par défaut

C&CAvant même l’épreuve du coronavirus, un site piloté par des collègues de l’université de Zurich s’intéressait aux questions de Communauté, de crise et à la façon dont les arts réagissent à ces questions et les travaillent en permanence. Trois rubriques, « Crisis », « Communitas » et « InterArt », explorent ces interrelations à travers une série d’articles passionnants que l’actualité sanitaire et le confinement ont rendu plus urgent de parcourir. Visiter le site

L’introduction, par Dorota Sajewska, du colloque « Crisis and Communitas » qui s’est déroulé fin novembre 2019 à Zurich est à visionner ici

Communovirus (Jean-Luc Nancy, le 27 mars 2020)

Par défaut

Une tribune parue dans le journal Libération (27/03/2020):

Un ami indien m’apprend que chez lui on parle de «communovirus». Comment ne pas l’avoir déjà pensé ? C’est l’évidence même ! Et quelle admirable et totale ambivalence : le virus qui vient du communisme, le virus qui nous communise. Voilà qui est beaucoup plus fécond que le dérisoire corona qui évoque de vieilles histoires monarchiques ou impériales. D’ailleurs c’est à détrôner, sinon décapiter le corona que doit s’employer le communo. (…)

lire la suite…

Et G. Agamben :  » je ne crois pas, quant à moi, qu’une communauté fondée sur la « distanciation sociale » soit humainement et politiquement vivable. »

to go further, a continuing debate (in English) between Agamben, Nancy and others on the pandemics in the European Journal of Psychoanalysis