encore NOUS: Au nom du commun (Revue Missile)

Par défaut

(source: Ph. T.)

Alors que la question des rapports de l’indi­vidu au collectif irrigue les grandes interrogations de ce début de XXIe siècle, tant les enjeux des liens entre peuples, classes sociales et individus – à l’échelle publique comme privée – semblent être au cœur des discours sociétaux, culturels, politiques et philosophiques, Missile, le journal des Têtes Chercheuses, aborde, pour son cinquième numéro, des problématiques liées aux usages du pronom « nous». (…)

Le présent numéro de Missile fait dialoguer histoire, philosophie, littérature et art sans se limiter à l’enjeu politique. Il se propose d’éclairer sous des aspects divers le fonctionnement du pronom nous. En analysant son énonciation dans différents types de discours, ou en explorant ses modes de conceptualisation, l’ensemble des contributions nous renseigne finement sur les possibles d’une telle fiction énonciative, ainsi que sur les dangers qui lui sont inhérents. Tout d’abord, la contribution… (…)

Accéder au pdf du numéro 

 

Publicités

Pour un communisme étrange, prophétique et sensuel

Par défaut

train1Une lecture de The Undercommons, Fugitive Planning and Black Studies(Minor Composition, 2013), de Stefano Harney et Fred Moten —par Rémi Astruc

Le PDF du texte original (en anglais) est en accès libre ici

Enregistrement audio de la présentation du 9 février 2018 au groupe « Penser d’ailleurs »: Partie 1Partie 2

Pour citer ce document: Rémi Astruc,« Pour un communisme étrange, prophétique et sensuel – une lecture de The Undercommons, Fugitive Planning et Black Studies« , CCC, article en ligne [consulté le DATE]

CFP: Communitas – les mots du commun et de la Communauté, Cergy, nov 2018

Par défaut

jeu-de-mots-croisé-de-la-communauté-41868176Colloque international CCC et congrès SFLGC 2018

Comment se formulent les idéaux ou les espoirs de la vie en commun, mais aussi l’épiphanie de la Communauté, son existence ressentie ? Comment se capture et se verbalise le sentiment d’être ensemble et quels mots peuvent en fixer puis transmettre l’expérience ? Quelles poétiques sont ainsi en mesure d’exprimer l’effervescence de la communauté en train d’advenir et d’en partager ensuite le souvenir ? Il ne fait aucun doute que l’enthousiasme communautaire engendre et stimule une force de création, notamment verbale, tout à fait prodigieuse. Chants d’espoir, poèmes, slogans, allocutions, romans, films, performances, sont là, parmi d’autres formes d’invention et d’expression, pour manifester et communiquer l’effusion à laquelle conduit souvent la réunion des hommes en une entité organique qui prend soudain conscience d’elle-même. Cette réunion se vit alors avec une intensité extraordinaire et les hommes ressentent très vite le besoin de célébrer cette excitation et sensibilité merveilleuse.

Lire l’ensemble de l’appel et les modalités de participation…

Blog: Images de la multitude (Jacopo Galimberti)

Par défaut

 

genoves multitudeFor the frontispiece of Leviathan, Hobbes had Abraham Bosse depict the body politic as described in his book. By contrast, the philosophers who have reconsidered the concept of the multitude have not explicitly translated their ideas into an iconic image. What, then, does the multitude look like? A visualisation of the multitude should convey the contrasting forces inherent to this elusive political subject, which is cohesive and yet scattered, capable of concerted political actions and simultaneously irreducible to a sole impetus. The nineteenth- and twentieth-century political iconography often represented people congregating and masses, but rarely a multitude. A multitude can be reduced to neither a social class nor a throng of demonstrators or a mass of disempowered victims. (…)

Jacopo Galimberti: Multitude, in: Aesthetics of Resistance, Pictorial Glossary, The Nomos of Images, ISSN: 2366-9926, 3 December 2015, URL: http://nomoi.hypotheses.org/263.

Dossier de revue: « Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles) »

Par défaut

POX_119_L204

Dossier « Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles) », Claire Judde de Larivière dir., Politix, 119, 2017/3.

En étudiant les politisations ordinaires du XVIe au XIXe siècle, les contributeurs de ce dossier analysent une multitude de formes alternatives du domaine politique. Sans nier le caractère profondément inégalitaire des sociétés, durant l’Ancien Régime comme aujourd’hui, et la force des structures de domination qui s’y exercent, les différents articles montrent tout l’intérêt de proposer une définition plus inclusive du politique.

Voir le sommaire…

Ces dettes qui nous relient…

Par défaut

timthumbSAMEDI 27 JANVIER 2018 MAISON DE LA POESIE, PARIS

Dans un contexte d’accroissement des inégalités et de crise écologique, la dette est à la fois ce qui vient limiter le pouvoir d’action du politique, l’horizon menaçant qui justifie le maintien de l’orthodoxie financière, et ce qui vient faire pression sur les individus jusqu’à détruire leur liberté d’agir. Les États doivent-ils se sentir tenus de rembourser leurs dettes ? Quels récits de la dette peut-on mettre en circulation pour s’ouvrir à d’autres possibles ? Pour explorer ces enjeux, deux tables-rondes et une soirée de lecture.

15h-17h – Table-ronde* animée par Mazarine Pingeot avec des philosophes et théoriciens de la littérature : Frédéric Gros, Raphaëlle Guidée, Nathalie Sarthou-Lajus & Patrick Savidan

17h30-19h – Table-ronde* animée par Vincent Message avec les écrivains Thomas Clerc, Hélène Frédérick, Mathieu Larnaudie & Noémi Lefebvre

20h – Lectures** de textes inédits commandés pour l’occasion à Thomas Clerc, Hélène Frédérick, Mathieu Larnaudie, Noémi Lefebvre, Vincent Message, Mazarine Pingeot….

Événement organisé par Emmanuel Bouju, Vincent Message et Mazarine Pingeot, avec le soutien du programme « Littérature à crédit » de l’Institut universitaire de France, de l’université Rennes II et de l’université Paris 8 Saint-Denis. La deuxième journée de Ces dettes qui nous relient aura lieu le samedi 24 mars.

* Tables-rondes : accès libre dans la limite des places disponibles

** Lectures : 5 € / adhérent : 0 €

Le Vivre-ensemble selon Barthes

Par défaut

Barthes jpegPour une communauté idiorrythmique ?

Idiorrythmie: « Le rêve de la vie à la fois solitaire et collective, d’un timing heureux où s’harmonisent le rythme de l’individu et celui de la communauté »

Enregistrement audio de l’intervention de Claude Coste au séminaire Communauté/communautés de cergy le 14/12/2017: à écouter ici

Lire aussi l’article de Claude Coste sur le même sujet (site Recherches & Travaux) .