Conversation avec Jean-Luc Nancy (extrait)

Par défaut

 JLN 

A l’occasion de la parution de Nous? L’aspiration à la Communauté et les arts

(RKI Press, coll »CCC », décembre 2015, 171 p., 15€)

R.A. : Il me semble que la préoccupation pour la Communauté émergeait dans une certaine mesure historiquement du cœur des sociétés, comme une forme idéale ou supérieure de rassemblement. La désagrégation contemporaine de ces dernières (cf. le constat des sociologues, Touraine, ou Dubet qui commençait un livre récent par « Longtemps j’ai cru vivre en société… »), qui entraîne sans doute directement l’impossibilité, comme on le voit pour l’Europe, de construire la communauté des États, remet-elle en cause profondément selon vous le projet de penser la Communauté pour notre époque? Ou est-ce une occasion intéressante de réinvestir la question du Commun ?

Jean-Luc Nancy : Il faut sans doute revenir d’abord à la succession des grandes mutations de la communauté dans l’histoire. Toutes les cultures avant l’Occident et hors de lui sont des cultures communautaires. Au point que la communauté peut nous y apparaître comme un tout englobant et absorbant d’avance l’individu – c’est-à-dire une projection de notre mode d’être. Il n’en reste pas moins que toutes ces « sociétés » avaient ou bien ont un « commun » présentable en tant que tel. C’est ce qui est venu à disparaître par étapes : d’abord l’étape grecque (il faut que la « polis » se constitue elle-même), puis la chrétienne (le monde est devenu trop grand, le commun se présente comme le Dieu imprésentable de tous), puis la bourgeoise-capitaliste (le commun devient à la fois tous et chacun, une équivalence). Enfin notre étape, où le commun devient la communication, par une espèce d’étonnante tautologie… Peut-être pouvons-nous commencer à penser (à vivre) autrement que dans le regret des étapes antérieures.  

R.A. : Une des préoccupations centrales de mon livre est de reprendre la question des arts et de leur rôle. Dans La Comparution, vous évoquiez l’exemplarité de la littérature. J’essaie pour ma part (en littéraire et non philosophe) de faire apparaître grâce à des exemples précis comment les œuvres donnent forme au « Commun » (danse d’Israël Galvan, mythe mélanésien, journal de Genêt, poème issu de la révolution érable). Considérez-vous que les arts sont le moyen le plus efficace de maintenir la tension communautaire? Diriez-vous également (comme je l’avance peut-être témérairement dans mon livre) qu’ils n’ont pas été inventés pour autre chose?

Jean-Luc Nancy : Je dirais d’abord que les arts n’ont pas été « inventés » : ils s’inventent avec l’homme et ils s’inventent en effet comme les manières de former le commun, c’est-à-dire la communication ou le partage du sens. Aussi élitiste que puisse être l’artiste, qu’il se nomme Phidias ou Beethoven, ce qu’il fait ne vient pas de lui sans venir d’abord de tout un temps, de toute une sensibilité qui dans ce temps se cherche et ignore sa forme tant qu’un creuset formateur n’a pas surgi. Et il finit toujours par surgir, multiple d’ailleurs, selon les divers registres sensibles et selon les possibilités d‘interprétation (Picasso ou Matisse, Mahler ou Debussy, Joyce ou Faulkner).

Il n’y a de « commun » que s’il y a des formes qui se communiquent, fût-ce par des canaux mystérieux, cachés et enfouis… Or il y a du commun, donc il y a toujours cet échange des formes, bien avant qu’il y ait de l’« art », des « artistes », etc. Là où surgissent des hommes surgissent des formes, des gestes – par exemples des pointillés, des lignes brisées, ou bien des figures d’animaux — c’est-à-dire la vie fascinante, menaçante, familière et étrangère. Il ne s’agit pas de « moyens pour maintenir la tension communautaire » : il s’agit du commun lui-même dans sa tension. Cette tension est forme ou fait forme.

Si je me trouve soudain (…)

  Commander Nous? L’aspiration à la Communauté et les arts

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s